Qui sommes-nous ?

 

Le Groupe Mammalogique et Herpétologique du Limousin (GMHL) est une association loi 1901. Depuis plus de 20 ans, elle développe ses actions autour de l’étude, la préservation et la diffusion des connaissances sur les mammifères, reptiles et amphibiens du territoire. Le GMHL s’appuie sur un réseau de bénévoles actifs et de partenaires pour déployer des actions répondant à ses trois missions principales : étudier, protéger, informer.

 

> Nos missions
> Notre fonctionnement
> Nos partenaires
> Statuts et rapports d’activités
> Contact


 

GMHL, le Groupe Mammalogique et Herpétologique du Limousin.
. . .  Le quoi ?

Lorsque nous nous présentons en tant que GMHL, Groupe Mammalogique et Herpétologique du Limousin, certains identifient tout de suite nos sujets d’études… Mais il arrive aussi qu’on nous parle de mammographie, d’implants mammaires, de maladies liées à l’herpès…

Alors, soyons clairs : le Groupe Mammalogique et Herpétologique du Limousin : qu’est-ce que c’est ?

Mammalogie

La Mammalogie, du Latin, Mamma-, « qui se rapporte aux mamelles », et –logique, « relatif à l’étude de », désigne le domaine d’étude des mammifères.
Le GMHL étudie en effet les mammifères du Limousin. Parmi eux, on compte notamment les petits mammifères, tels que les loutres, les loirs, les écureuils, mais aussi les chauves-souris, ou encore les campagnols.

Herpétologie

L’Herpétologie, du Latin, Herpes-, « ramper », et –logique, « relatif à l’étude de », désigne le domaine d’étude des amphibiens et des reptiles.
Le GMHL étudie donc aussi les amphibiens du Limousin, tels que les grenouilles et les crapauds, les plus connus, mais également les salamandres, ainsi que les tritons. L’étude des reptiles fait également partie des champs de compétence du GMHL : serpents et lézards de toutes sortes comptent parmi nos habitués.

 

Pour aller un peu plus loin…

D’où provient cette étymologie étrange du mot mammalogie, qui concerne de la même façon mammifère ?

Les mammifères représentent un taxon, c’est-à-dire, un regroupement d’êtres vivants de différentes espèces, qui sont rassemblés sur la base d’un critère commun. Le taxon des mammifères est très important : il regroupe les petits mammifères que nous avons cités, mais également des mammifères plus grands, tels que l’ensemble des canidés, des félins, des mammifères marins, mais aussi des singes, et par conséquent, l’homme. L’un des critères qui rassemblent ces espèces est la clé de l’étymologie : les mammifères sont en effet caractérisés par l’allaitement des petits par la mère, à l’aide de ses glandes mammaires, mamelles. Notons que la présence de poils est aussi un critère distinctif du taxon.

D’où provient l’étymologie du mot herpétologie ?

L’étymologie d’herpétologie ne semble prendre en compte qu’une petite part de ce qu’il représente, puisque herpes, « ramper », renvoie à la façon particulière qu’ont les serpents, reptiles rampants, de se déplacer.
De manière plus générale, les reptiles représentent eux aussi un taxon (assez contesté aujourd’hui et remplacé parfois par le taxon des sauropsidés qui inclut les oiseaux). On compte parmi eux les serpents et lézards, comme cités précédemment, mais également les crocodiles, les tortues ou encore les varans. Ces espèces sont tous des amniotes, – c’est-à-dire que les individus au stade foetus sont protégés par une cavité appelée amnios – rassemblés sur le critère d’ectothermie – c’est-à-dire que les reptiles n’ont pas une température interne constante, celle-ci reste identique à la température extérieure –.

Et les amphibiens ?

Les amphibiens, quant à eux, regroupent les vertébrés tétrapodes – à quatre pattes – qui ne sont pas amniotes : leurs foetus ne possèdent donc pas cette enveloppe protectrice particulière, l’amnios. C’est ainsi que la plupart d’entre eux vont pondre dans l’eau, qui jouera le rôle de protection de l’amnios.
Dans la majorité des cas, les amphibiens ont ainsi une vie aquatique dans une première phase, lors de laquelle ils respirent à l’aide de branchies. L’évolution progressive de leur appareil respiratoire au stade de poumons leur permet ensuite de passer à un mode de vie terrestre.


Nos prochains événements

Juil
3
lun
2017
15 h 00 min Caravane naturaliste – Une vie d... @ Beaumont-du-Lac / Royère de Vassivière
Caravane naturaliste – Une vie d... @ Beaumont-du-Lac / Royère de Vassivière
Juil 3 @ 15 h 00 min – 17 h 00 min
Découvrez les amphibiens des plateaux limousins, le temps d’une randonnée naturaliste autour de la presqu’ile de Chassagnas. RDV : 15h – parking de la Presqu’ile de Chassagnas Matériel à prévoir : chaussures imperméables et vêtements
Juil
4
mar
2017
15 h 00 min Caravane naturaliste – Traces et... @ Royère de Vassivière
Caravane naturaliste – Traces et... @ Royère de Vassivière
Juil 4 @ 15 h 00 min – 17 h 00 min
Discrets et souvent invisibles, les mammifères se révèlent grâce à des indices. Jouez les naturalistes-détectives pour l’après-midi et apprenez à repérer la présence des martres, loutres et autres écureuils. RDV : 15h – parking de
Juil
5
mer
2017
Journée entière Caravane naturaliste – Des écail... @ Gentioux-Pigerolles
Caravane naturaliste – Des écail... @ Gentioux-Pigerolles
Juil 5 Journée entière
Accompagné d’un spécialiste des reptiles, vous découvrirez la vie secrète des vipères péliades, merveilleux serpents des plateaux limousins. RDV : Communiqué à l’inscription Matériel à prévoir : bottes et vêtements adaptés à la randonnée Tout

Et sur Facebook ?

Facebook By Weblizar Powered By Weblizar

J'observe, je transmets, je protège : www.faune-limousin.eu la base de données naturalistes en ligne.

Nos partenaires | Nous contacter | Espace presse | Mentions légales


Le GMHL bénéficie de l'aide de la Région dans le cadre du dispositif Emplois Associatifs       

logo ALPC     logo DREAL